Aquascaping

La discipline n’est pas récente, mais elle était jusqu’ici restée confidentielle. Le matériel commence tout juste à voir le jour dans les jardineries et les animaleries. Il y a deux dimensions dans l’aquascaping : l’une esthétique (l’agencement des roches, des branches et des plantes) et l’autre très technique (le maintien d’une eau pure, adaptée à la croissance des plantes et éventuellement des organismes vivants qui peuplent le bac). On n’est pas obligé de mettre des poissons dans son bac, des crevettes peuvent suffire. Lorsque l’on met des poissons, ce sont souvent des espèces grégaires (c’est-à dire qui ont besoin de vivre en banc), à l’échelle du décor, donc de petite taille. De nombreux facteurs doivent être pris en compte pour assurer la survie d’un paysage aquatique : la filtration, le maintien du dioxyde de carbone à des niveaux suffisants pour soutenir la photosynthèse des plantes, le substrat et la fertilisation, l’éclairage et le contrôle des algues.